Blog

Si vous êtes connecté comme membre, vous avez la possibilté de rédiger votre propre Blog : "Ajouter un billet" à droite dans Connexion / Adhésion.

Le tribunal administratif va à l'encontre du préfet

L'association catholique intégriste Civitas a obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif de Clermont-Ferrand et a l'autorisation d'organiser une prière catholique en plein air ce dimanche matin sur la place de la Victoire.

Tribunal de clermont

Selon le président du tribunal administratif Philippe Gazagnes, il n'est pas possible d'interdire une manifestation "seulement parce que c'est une manifestation religieuse". © Radio France - Théophile Vareille

C'est une victoire importante pour l'association catholique intégriste Civitas. Elle a obtenu du tribunal administratif de Clermont-Ferrand la suspension de l'interdiction par le préfet du Puy-de-Dôme d'une prière en plein air prévue ce dimanche après-midi.

Civitas pourra donc organiser un récitation de prières catholiques en plein air ce dimanche à 15h30 place de la Victoire à Clermont-Ferrand. Représentant du parti d'extrême droite dans le Puy-de-Dôme, François-Xavier Péron a convaincu le tribunal avec son argumentaire : "Certains ont des banderoles et des slogans, nous avons la messe. Le préfet a voulu nous interdire parce que nous organisons une manifestation à caractère religieux, il n'en a pas le droit."

Le tribunal administratif va à l'encontre du préfet

Président du tribunal administratif de Clermont-Ferrand, Philippe Gazagnes confirme : "Le préfet peut interdire une manifestation pour des raisons sanitaires ou parce qu'elle pose un risque à l'ordre public, mais pas parce qu'elle serait à caractère religieux."

Le président du tribunal indique que le préfet aurait pu interdire cette messe pour des "raisons sanitaires" ou parce qu'elle risquerait de "troubler l'ordre public" mais donc pas simplement parce qu'il s'agirait d'une manifestation à caractère religieux.

Après cette prière de rue ce dimanche 22 novembre, Civitas compte d'ores et déjà organiser une messe en plein air à Clermont-Ferrand dimanche prochain, le 29 novembre.

Source : France bleu

Lire la suite

Le dernier exemple connu des "bons vaccins"

Sanofi, pourquoi le vaccin contre la dengue vire au cauchemar

Analyse

Les Philippines ont annoncé, vendredi 1er mars, des poursuites contre six responsables de Sanofi Pasteur dans le cadre d’une enquête sur des décès d’enfants vaccinés contre la dengue. Annoncé comme très prometteur, ce vaccin pourrait provoquer des infections plus sévères chez les personnes n’ayant jamais contracté la maladie.

La dingue

Un communiqué aussi prudent que laconique. « Nous sommes en profond désaccord avec les conclusions formulées à l’encontre de Sanofi et de certains de ses employés et nous les défendrons vigoureusement. » C’est avec ces quelques lignes que le groupe pharmaceutique français a réagi, vendredi 1er mars, à une nouvelle en forme de coup de tonnerre venue des Philippines.

Le gouvernement local a annoncé que des poursuites allaient être engagées contre six responsables de Sanofi Pasteur dans une enquête sur le décès d’enfants ayant reçu le vaccin contre la dengue. Un nouvel épisode d’un feuilleton en forme de cauchemar pour l’entreprise française.

Lire la suite

Une église en mouvement

Le dimanche 8 novembre n’est pas le 1er dimanche de l’Avent, c’est le 1er dimanche du reconfinement, et, de l’interdiction pour l’Eglise de célébrer la messe dominicale. Alors que les grandes surfaces, comme les petites, restent ouvertes et que le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a laissé entendre qu’il pourrait autoriser la réouverture d’autres commerces non-essentiels le dimanche, l’Eglise de France doit faire profil bas. Son service n’est pas essentiel, pour Emmanuel Macron.

Dans le diocèse de Fréjus-Toulon, à Hyères, une cité balnéaire bordée par la Méditerranée, où résida la reine Victoria, et, où de nombreux écrivains passèrent, comme Edith Warton, André Gide, les églises du secteur sont presque vides ce dimanche matin. Dans l’église Saint-Louis, qui se situe place de la République, des prêtres ont revêtu leurs chasubles de couleur liturgique verte. Ils s’apprêtent à célébrer la messe, sans fidèle. Ils sont masqués et officient devant une caméra qui retransmet en direct la célébration. Etonnamment, les fidèles qui sont, habituellement, près de 300, seront plus de 1200 à visionner cette messe sur la chaîne YouTube de la paroisse. A quelques kilomètres de là, au même moment, Mgr Dominique Rey, l’évêque du diocèse, célèbre dans les mêmes conditions. Il se trouve à Solliès-Pont, avec le curé de la paroisse, le père Ludovic-Marie Margot. La messe est animée par une nouvelle communauté, la Fraternité Missionnaire Marie Mère des Apôtres. Dans son homélie du jour, Mgr Rey rappelle que la messe est célébrée pour tous les saints du diocèse.

Une semaine après la Toussaint, il invite tout le monde à « devenir saint. Cette sainteté se définit comme une union à Dieu. Il s’agit d’une communion d’amour qui saisit toute notre humanité. » Il ne dira pas un mot sur le reconfinement, ni sur la décision du Conseil d’Etat de refuser les messes publiques. La messe n’est pas le lieu de joutes politiques. Le Conseil d’Etat, dans son prononcé, a renvoyé l’Eglise et le gouvernement face-à-face, avec l’obligation pour le gouvernement de se concerter avec les représentants du culte, avant le 16 novembre. Mgr Rey est cependant « confiant » sur l’issue de cette concertation avec le gouvernement. Il espère que les messes reprendront après, « avec la mise en place d’un nouveau protocole plus stricte ».

Lire la suite

150 manifestants à Valence

A Valence (Drôme), près de 150 catholiques manifestent pour le retour des messes le dimanche

Les fidèles catholiques de Valence (Drôme) veulent leur messe, et le font entendre avec une manifestation qui a réuni près de 150 personnes dimanche 15 novembre. Le rassemblement était autorisé en préfecture.

150 manifestants

Les catholiques manifestaient dimanche 15 novembre pour retrouver leurs messes habituelles. Le rendez-vous était fixé devant la cathédrale Saint-Apollinaire de Valence, à l'initiative du "collectif des fidèles de l’Eglise catholique de la Drôme". Près de 150 personnes ont participé.D'autres manifestations étaient prévues ce dimanche à Chambéry et Lyon, avec un rassemblement matinal devant la Basilique de Fourvière.Pour Nadège Desdoits, l'une des organisatrice de la manifestation de la Drôme, la messe le dimanche est une liberté fondamentale de notre société. "Les Eglises restent ouvertes" nous dit-elle. "Nous ce que nous demandons, c'est l'eucharistie, parce que c'est la présence réelle de Jésus. C'est un coeur à coeur avec lui. On a besoin de vivre en chair et en os cette rencontre avec Jésus dans la messe. C'est aussi une rencontre communautaire, avec de la charité".

Lire la suite

COVID 19 et son mystère

L'institut Pasteur a déposer un brevet pour un test COVID19 le 13 octobre 2015

Mais le COVID19 est apparu en chine, avec le pangolin en décembre 2019.

Ils sont très fort

Test covid 19 du 151013

La lettre de Natalie Saracco à son évêque

Dans l’incarnation, le virtuel n’a pas sa place : la lettre de Natalie Saracco à son évêque

Natalie saracco

Dans l’incarnation, le virtuel n’a pas sa place : la lettre de Natalie Saracco à son évêque

Lire la suite

Hold-Up le documentaire

La pandémie du Covid-19 a donné lieu à des échanges contradictoires entre médecins, spécialistes, professeurs, hommes politiques et experts, le tout orchestré et alimenté par le feu nourri des médias. Les scientifiques se sont ainsi retrouvés discrédités avec notamment l’affaire du Lancet. Le Conseil scientifique, censé piloter cette pandémie, est ouvertement accusé d’incompétence et d’arrogance, preuves à l’appui. Et nous dans tout ça ? Que penser ? Que faire avec toutes ces informations ? Qui croire ?C'est ce qu'apporter cet éclairage objectif et constructif qui met en lumière toutes ces révélations. "

Hold up 1

Cette vidéo est supprimée sur toutes les plateformes, sauf sur Odysee.com

Le combat pour la liberté religieuse continue

Texte de Alexandre et toute l’équipe de CitizenGO

Le combat n’est pas fini et doit être mené sur plusieurs fronts.

La décision du Conseil d’État précise quelques points :

Il est possible de vous rendre dans vos églises (à plus d’un kilomètre et pour une durée supérieure à 1 h). Il est probable que les attestations évoluent, pour le moment, vous pouvez remplir la case » motif familial impérieux ».

Il est possible pour le clergé de se rendre au domicile des fidèles (mais aussi, écoles, hôpitaux) pour y donner les sacrements.

Il est possible de se rendre une église quand un prêtre célèbre la messe, il ne faut juste pas qu’il y ait de regroupement. Cette dernière mesure est très floue.

Mais il est tout à fait possible de déclarer une manifestation devant une église (en respectant les mesures en vigueur)

De nombreuses manifestations ont été déclarées. Je vous invite à consulter les informations ci-dessous.

Bordeaux, Paris, Bois-Colombes, Nantes, Orléans, Moulinsn et Valence… De nombreuses déclarations de manifestation à la préfecture ont été déclarées.

Nous ne pouvons pas critiquer la mollesse de nos évêques cette fois-ci, c’est pour cela qu’il est nécessaire de les accompagner dans ce combat

« Beau sursaut des fidèles qui, conformément au droit de manifester sur la voie publique après déclaration à la Préfecture, font connaître de manière paisible et priante, leur désir de l’Eucharistie et la conscience qu’ils ont de son importance vitale. » précise Mgr Aillet ou encore « Rien n’empêche les prêtres de célébrer la messe dans les lieux de culte qui restent ouvertes et rien n’empêche les fidèles d’entrer dans les églises individuellement. C’est l’organisation de cérémonies religieuses qui est suspendue… »

Ainsi, nous pourrons assister à la messe et en plus manifester pour la liberté de culte

 

Je vous invite à vous rendre à des manifestations dans les prochains jours devant vos églises — s’il y en a — pouvez-vous nous envoyer vos photos à french@citizengo.net

 

Voici quelques événements :

 

Paris — Saint-Sulpice : Rassemblement pour le retour de la messe : vendredi 13 novembre à 18 h

Draguignan : parvis de l’église Saint-Michel, dimanche 15 novembre à 16 h.

Rennes : Sainte-Mélaine, dimanche 15 novembre à 17 h

Bois-Colombes : Place du Marché, dimanche 15 novembre à 16 h

Versailles : Saint-Louis, dimanche 15 novembre à 17 h.

Strasbourg : Place de la cathédrale, dimanche 15 novembre à 11 h

Rambouillet : Église Sainte Bernadette, dimanche 15 novembre à 16 h 30

Rennes : Parvis de la Cathédrale, samedi 14 novembre à 16 h

Moulins : Parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Moulins, vendredi 13 novembre à 20 h

Fontainebleau : placé de la République, dimanche 15 novembre à 16 h

La Roche-sur-Yon : Place Napoléon, dimanche 15 novembre à 10 h 45.

Lescar : Parvis de la cathédrale Notre-Dame, dimanche 15 novembre à 10 h 30.

Nantes : Place Saint-Pierre, dimanche 15 novembre à 10 h 30.

Sainte Anne d’Auray : parvis de la basilique, dimanche 15 novembre à 14 h 30.

Sens : Parvis de la cathédrale St-Etienne, dimanche 15 novembre à 10 h 30.

Tours : parvis de la cathédrale Saint-Gatien, dimanche 15 novembre à 16 h 30.

Bordeaux : Place Pey-Berland, dimanche 15 novembre à 11 h

Vannes : cathédrale Saint-Pierre, dimanche 15 novembre à 11 h

Saint-Malo, Cathédrale Saint-Vincent, dimanche 15 novembre à 15 h 30

Nice : Parvis de la Basilique Notre-Dame, dimanche 15 novembre à 16 h

Rouen : placé de la cathédrale, dimanche 15 novembre à 11 h

Angers : placé de la cathédrale, mardi 15 novembre à12h

Toulouse, Cathédrale Saint-Étienne, dimanche 15 novembre à 16 h

Bourges : Parvis de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges, dimanche 15 novembre à 14 h

Et Valence : Devant la cathedrale de Valence,  Place des ORMEAUX, dimanche 15 novembre à 15 h 30